Tag Archives: sarkozy

Hervé Mariton, pro-Irak et anti-gay, représentant de la Nation.

18 Nov

On me dira que la guerre en Irak et le mariage homosexuel n’ont rien à voir entre eux. Et on imagine le genre de personne qui serait à la fois pro-guerre en Irak et anti-mariage gay… un extrémiste, un va-t’en-guerre, un gros macho sans aucun doute. Pourtant, celui dont je parle est un bonhomme au visage rond, assis à l’Assemblée nationale depuis 1993 au siège de député de la Drôme, sous l’étiquette UMP. Hervé Mariton n’a pas l’air méchant en apparence, mais il n’hésite pas à semer ici et là, tous les ans, quelques idées macabres dans le débat public. Et on espère qu’il ne mesure pas le nombre de victimes qu’il envoie à l’échafaud quand il prend la parole...

Hervé Mariton s’est fait remarqué ces dernières semaines en introduisant l’amendement qui donne un avantage fiscal aux jeunes mariés par rapport aux nouveaux pacsés dans le projet de loi de finances 2011. Vieille amertume de la droite sur le PACS jospiniste? Hervé Mariton s’est targué d’avoir introduit cet amendement non pas pour  détourner l’attention de sa calvitie naissante, mais pour  préserver « la solidité de la société. » La majorité UMP avait aligné les droits fiscaux des jeunes mariés et des pacsés en 2005. Puis, par politique d’austérité financière, le gouvernement actuel a proposé de supprimer tous ces avantages. C’est là qu’Hervé Mariton et quelques autres députés UMP sont intervenus pour défendre la niche fiscale réservée à la famille hétérosexuelle.

Après avoir fait voté l’amendement, Hervé Mariton est devenu la cible des bloggeurs gays sur le net. Il en a eu des sueurs froides sous ses petites lunettes. Sa langue de vipère n’a fait qu’un tour. Il a contacté le magazine Tétu (il ne faudrait pas qu’il soit surpris par ses électeurs à parler d’homosexualité dans Le Monde) pour s’expliquer. Son discours ferrailleur n’arrange rien. Il fait ressortir un profil original d’homophobe double-face : athée mais complice de l’Eglise-boulet-du-XXIème-siècle sur la défense de la famille traditionnelle (le lien avec l’Eglise est un cordon ombilical que les hommes politiques de droite ne veulent absolument pas rompre comme l’a montré la récente réunion Sarkozy-Benoît XVI  suite à l’expulsion massive des Roms). Voici les propos de Mariton dans Tétu :

« Je ne suis pas catholique, et pas aligné sur Benoît 16, mais il est vrai qu’il y a beaucoup d’affirmations de l’Eglise catholique, comme la doctrine de la famille comme fondement de la société, que je trouve très bien formulées. Je fais une distinction entre la famille et le couple, qui est libre et sur lequel je n’érige aucune norme. Un homme et une femme, lorsqu’ils ont des enfants, issus de la nature ou adoptés, font une famille. Les couples homosexuels, bien que légitimes, ne font pas famille de la même manière »

Il ne pensait tout de même pas se remettre les gays dans la poche après son attitude scandaleuse et discriminante à l’Assemblée nationale. Comment peut-on aller aussi loin dans l’intolérance qu’avec cette suppression de niche fiscale pour la « solidité de la société »? Cherche-t-on a bâtir un mur de dissuasion fiscale autour du PACS pour le marginaliser?


Publicités

Les gays se font floués par le remaniement ministériel

14 Nov

Avis aux amateurs de chasse à l’homme. Il n’y aura pas de Terminator II : Christine Boutin ne revient pas au gouvernement. Cependant, après le remaniement du 14 novembre, les gays-friendly se font rares dans les ministères. Si le mouvement gay de l’UMP Gaylib’ a un peu de bon goût, il n’a sans doute pas apprécié le casting. Avec une droitisation marquée, les droits des homosexuels ne seront certainement pas au programme du nouveau gouvernement. Petit tour d’horizon.



Nadine Morano – la seule favorable au mariage gay (l’univers idéologique de Nadine Morano défie tout esprit de système je vous l’accorde) – est éloignée du Secrétariat d’Etat à la Famille : il paraît que ses positionnements médiatiques en faveur du droit des homosexuels ne plaisaient pas aux membres de la majorité. Tiens toi le pour dit, Nadine, il ne fait pas bon parler des gays à la télé.

Roselyne Bachelot – notre pro-PACS de la droite – obtient un ministère surgit des bisounours dont on peine à distinguer la mission pour l’instant. Grâce à sa proximité avec Fillon, elle reste au gouvernement malgré sa responsabilité médiatique dans l’affaire de la Grippe A.

Jeannette Bougrab – présidente langoureuse de la HALDE – a déclaré publiquement son soutien au mariage gay et à l’adoption par les couples homosexuels. Problème : son départ de la HALDE n’augure-t-il pas d’une tentative de dissolution de cette institution très protectrice pour les gays? (un projet en cours voudrait la fondre dans les prérogatives du Défenseur des droits).

Chantal Jouano est nommée ministre des sports. Lors de la passation de pouvoir avec Rama Yade, elle n’hésite pas à mettre la lutte contre l’homophobie au premier plan. « Derrière la question du sport, il y a aussi la question de l’homophobie » a-t-elle dit pour  rendre hommage à l’action de Rama Yade dans le domaine (personne n’était au courant mais si elle le dit…) Son soutien aux droits des homosexuels ne devrait pas beaucoup peser dans la politique du gouvernement surtout si elle continue à puiser ses looks dans Star Wars.

 

Frédéric Mitterrand est reconduit au Ministère de la Culture et de la Communication mais, bien qu’homosexuel, son engagement idéologique sur l’homosexualité est, comme souvent, proche du néant et de la compromission. Ne soyons pas trop exigeant : c’est déjà mieux que Christine Albanel, la coquille Saint-Jacques qui nous chie dessus avec le sourire :

Rama Yade et Hervé Morin -deux partisans du mariage- sont éjectés. La candidature potentielle d’Hervé Morin à l’élection présidentielle de 2012 sous l’étiquette Nouveau centre pourrait mettre le débat sur la place publique (mais il sera peut-être discret sur la question pour ne pas heurter la délicatesse intégriste de certains membres de son parti).

Quant aux autres, il est difficile de leur attribuer des propos clairs sur la question. On sait qu’Alain Juppé a favorisé la création des mouvement gays au sein de la droite. On sait que Nathalie Kosciusko-Morizet est plutôt gay-friendly. On sait que Valérie Pécresse est toute fière de la campagne anti-homophobie menée depuis son ministère des études supérieures (c’est le seul point dans la case positif de son bilan d’ailleurs).

Mais on sait aussi que Luc Châtel en tant que porte-parole du gouvernement et Ministre de l’Education nationale, avait été le premier à affirmer son désaccord avec la diffusion du dessin-animé « Le baiser de la Lune » en primaire, et qu’il avait déclaré en 2009 à l’issue d’un Conseil des ministres : « Je veux d’abord vous rappeler que le gouvernement a eu l’occasion de dire à plusieurs reprises – le président de la République lui-même s’est exprimé sur le sujet – que nous n’étions pas favorables à l’adoption d’enfants par les couples homosexuels« 

Avec un tel gouvernement, et avec un Garde des Sceaux, Michel Mercier, chevalier du Saint-Sépulcre, on peut s’attendre à un nouveau No Man’s land jusqu’en 2012 dans la conquête laborieuse et courageuse des droits des homosexuels.

 


 

Visite d’Hu Jintao en France : gay pride ou grosse honte?

4 Nov

Alors qu’il y a à peine 3 ans, les Jeux Olympiques de Pékin avaient suscité les saillies médiatiques de toutes les organisations de défense des droits de l’homme, il est remarquable que la visite d’Etat d’Hu Jintao en France cette semaine, ne fasse l’objet d’aucune véritable contestation.



Il semble qu’en quelques années, l’image de la Chine en France se soit particulièrement redorée. L’attribution du Prix Nobel de la Paix à un Liu Xiabo, condamné à onze ans de prison pour subversion, a rapidement été évacuée par les médias occidentaux, bien loin de l’émotion récurrente autour d’autres défenseurs des droits de l’homme comme Aung San Suu Kyi. Pire, on apprenait récemment que Nicolas Sarkozy n’avait même pas félicité le nouveau lauréat du Nobel. La diplomatie du chéquier, contraire aux engagements de campagne du candidat Sarkozy, vient supplanter encore une fois l’implication française dans la lutte pour les droits de l’homme.
Pourtant, les diplomates et les milieux économiques ne sont pas les seuls à participer à cette idéalisation de la dictature communiste. La Chine a mené une opération-séduction qui a marqué l’opinion depuis les Jeux Olympiques jusqu’à l’Exposition universelle de Shangaï. Les journalistes semblent les premiers à être tomber sous le charme et les articles dithyrambiques s’accumulent sous la plume des faiseurs d’opinion.
Lorsqu’on parle des droits de l’homme en Chine, on s’intéresse principalement à la violation des droits et des libertés politiques (pluralité des partis, liberté d’expression…) Qu’en est-il du droit des homosexuels dans un pays qui compterait environ 30 millions de gays selon les statistiques du China Daily (mais comment prendre au sérieux ce chiffre)?

Quelques lueurs dans l’obscurité sont à noter ces dernières années après une période de persécution qui assimilait les gays à des opposants politiques: en 1997, la sodomie est dépénalisée et en 2001, la nouvelle classification des désordres mentaux et de leur diagnostic supprime l’homosexualité sur la liste des maladies mentales. En 2009, la première Gay Pride a eu lieu à Shangaï en toute discrétion (500 personnes) : pas de marche dans la rue comme chez nous, mais des manifestations dans des clubs et cinémas de la ville. En janvier 2010, la première élection de Mister Gay China a été une avancée médiatique supplémentaire. Cette élection organisée à Pékin, a cependant intéressé davantage la presse étrangère que les médias locaux pour qui l’homosexualité reste un tabou. Au dernier moment, l’événement a été annulé par la police chinoise : l’élection d’un représentant chinois pour le concours de Mister gay World en Norvège posait un problème aux autorités. Au mois de juin 2010, la communauté gay de Pékin a essayé de dépasser cet échec en organisant sa propre gay pride : cette fois-ci l’accord de la police avait été soigneusement assuré par les organisateurs.


L’acceptation de l’homosexualité est encore un problème dans un pays conservateur et rural. Les crises de paranoïa des autorités seraient aussi à l’origine de rafles dans le milieu homosexuel. Cependant, des bars gays voient le jour dans les grandes villes. L’université de Shangaï a même proposé un cours sur l’homosexualité dans lequel un seul étudiant s’est officiellement inscrit bien que les salles de conférences étaient à chaque fois remplies : ce qui prouve bien une gène persistante, même dans le milieu étudiant, malgré un grand intérêt.
La sociologue Li Yinhe a même conçu un projet de loi pour le mariage gay mais n’a jamais trouvé les 30 députés nécessaires pour le mettre à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale populaire (le parlement chinois). Ce projet était prématuré mais manifeste tout de même l’intérêt croissant de la société pour l’homosexualité.