Hervé Mariton, pro-Irak et anti-gay, représentant de la Nation.

18 Nov

On me dira que la guerre en Irak et le mariage homosexuel n’ont rien à voir entre eux. Et on imagine le genre de personne qui serait à la fois pro-guerre en Irak et anti-mariage gay… un extrémiste, un va-t’en-guerre, un gros macho sans aucun doute. Pourtant, celui dont je parle est un bonhomme au visage rond, assis à l’Assemblée nationale depuis 1993 au siège de député de la Drôme, sous l’étiquette UMP. Hervé Mariton n’a pas l’air méchant en apparence, mais il n’hésite pas à semer ici et là, tous les ans, quelques idées macabres dans le débat public. Et on espère qu’il ne mesure pas le nombre de victimes qu’il envoie à l’échafaud quand il prend la parole...

Hervé Mariton s’est fait remarqué ces dernières semaines en introduisant l’amendement qui donne un avantage fiscal aux jeunes mariés par rapport aux nouveaux pacsés dans le projet de loi de finances 2011. Vieille amertume de la droite sur le PACS jospiniste? Hervé Mariton s’est targué d’avoir introduit cet amendement non pas pour  détourner l’attention de sa calvitie naissante, mais pour  préserver « la solidité de la société. » La majorité UMP avait aligné les droits fiscaux des jeunes mariés et des pacsés en 2005. Puis, par politique d’austérité financière, le gouvernement actuel a proposé de supprimer tous ces avantages. C’est là qu’Hervé Mariton et quelques autres députés UMP sont intervenus pour défendre la niche fiscale réservée à la famille hétérosexuelle.

Après avoir fait voté l’amendement, Hervé Mariton est devenu la cible des bloggeurs gays sur le net. Il en a eu des sueurs froides sous ses petites lunettes. Sa langue de vipère n’a fait qu’un tour. Il a contacté le magazine Tétu (il ne faudrait pas qu’il soit surpris par ses électeurs à parler d’homosexualité dans Le Monde) pour s’expliquer. Son discours ferrailleur n’arrange rien. Il fait ressortir un profil original d’homophobe double-face : athée mais complice de l’Eglise-boulet-du-XXIème-siècle sur la défense de la famille traditionnelle (le lien avec l’Eglise est un cordon ombilical que les hommes politiques de droite ne veulent absolument pas rompre comme l’a montré la récente réunion Sarkozy-Benoît XVI  suite à l’expulsion massive des Roms). Voici les propos de Mariton dans Tétu :

« Je ne suis pas catholique, et pas aligné sur Benoît 16, mais il est vrai qu’il y a beaucoup d’affirmations de l’Eglise catholique, comme la doctrine de la famille comme fondement de la société, que je trouve très bien formulées. Je fais une distinction entre la famille et le couple, qui est libre et sur lequel je n’érige aucune norme. Un homme et une femme, lorsqu’ils ont des enfants, issus de la nature ou adoptés, font une famille. Les couples homosexuels, bien que légitimes, ne font pas famille de la même manière »

Il ne pensait tout de même pas se remettre les gays dans la poche après son attitude scandaleuse et discriminante à l’Assemblée nationale. Comment peut-on aller aussi loin dans l’intolérance qu’avec cette suppression de niche fiscale pour la « solidité de la société »? Cherche-t-on a bâtir un mur de dissuasion fiscale autour du PACS pour le marginaliser?


Publicités

2 Réponses to “Hervé Mariton, pro-Irak et anti-gay, représentant de la Nation.”

  1. maximgar novembre 18, 2010 à 3:12 #

    Ce qui me parait intéressant dans ce genre de discours (et c’est pas une façon de trouver le discours intéressant), c’est de pouvoir laisser chacun se confronter à ses propres paradoxes (d’où le profil double-face).

    « Un homme et une femme, lorsqu’ils ont des enfants, issus de la nature ou adoptés, font une famille. » Rien que ça, ça vaut des lauriers. Autrement dit, un homme et une femme sans enfant ne font pas une famille. Une femme avec un enfant, ça ne fait pas une famille. Techniquement si on poursuit sur le même ordre d’idées, on pourrait croire qu’il a oublié un mot dans sa phrase : « un homme et une femme lorsqu’ils ont des enfants ‘ensemble’… », là du coup, on peut éliminer les familles recomposées. Bref, plus de la moitié des familles françaises n’en sont pas.

    De même, si « Un homme et une femme, lorsqu’ils ont des enfants, issus de la nature ou adoptés, font une famille. » ça fait un paquet d’enfants illégitimes qui ne savent même pas qu’ils appartiennent à une famille autre que celle qu’ils ont (ou pas).

    On passera sur le reste de la citation : « Les couples homosexuels, bien que légitimes, ne font pas famille de la même manière »… alors comment dire ? sans enfants issus de la nature ou adoptés, ils vont avoir du mal à correspondre aux critères ou à faire famille tout court (à moins que ce ne soit là un encouragement à braver la loi)…

    Cette citation revient en fait à dire que seuls les éléphants peuvent faire des troupeaux d’éléphants. Les rhinocéros eux peuvent faire des troupeaux d’éléphants autrement.

    Mais bon, j’ai lu ce député expliquer qu’il était pour une famille durable parce que (l’argument est franchement fantastique) on parle bien de développement durable. De deux choses l’une : soit tous les adjectifs qui se collent à développement doivent se coller à famille (comme famille mathématique, famille urbaine, famille limitée) soit on peut y coller des termes écologiques (famille biodégradable, famille verte, famille sans phosphate)… Si on met de côté cette pauvre erreur de réthorique, on peut s’attaquer au fond du problème : pour mr. Mariton le mariage est un engagement plus durable que le PACS. Si quelqu’un pouvait lui communiquer les chiffres, il saurait que 12% des PACS rompent contre 50% des mariages. Certains PACS ne rompant que pour devenir des mariages…

    Quant à la famille fondement de la société… ben là aussi, c’est plus du slogan qu’autre chose. Que la famille soit le premier lieu de socialisation c’est logique (ou à vrai dire, ça a pu l’être, parce qu’assez souvent c’est autant la crèche que la famille maintenant). Mais bon, trois minutes de réflexion prouvent que la société a bien plus d’influence sur le modèle des familles (la famille médiévale et argentée où on mariait les terres en même temps que la germaine et le jeannot ça c’était le socle de la stabilité des territoires en effet / la famille ouvrière du XIXème siècle, ou la femme, le mari et les gosses se tuent dans la même usine, c’était sûrement elle le fondement de sa propre misère / la famille déstructurée contemporaine née de nos nouveaux rapports au travail, travail des femmes et des nouvelles politiques de la jeunesse) et j’en passe.

    Bon allez, j’ai dit tout ça, mais ça n’y changera pas grand chose.

    • jenesuispasfolle novembre 18, 2010 à 10:32 #

      merci pour ton message. Effectivement, la démonstration n’est plus à faire du paradoxe inhérent à ce genre de propos. La logique n’a malheureusement pas sa place sur ce sujet qui stagne dans le traitement passionnel (la question sexuelle en arrière-fond est propice à mettre en rut). Quant à ta dernière phrase « j’ai dit tout ça, mais ça n’y changera pas grand chose » je ne la partage qu’à moitié : premier parmi les désabusés, me voilà écrivant un blog pseudo-militant, il y doit y avoir encore un peu d’espoir en moi, ou peut-être seulement une envie de continuer à parler dans la nuit (comme tes chers poètes).

      D’ailleurs j’en profite pour te féliciter : ton blog est vraiment unique. J’ai beaucoup de plaisir à te lire.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :